Résoudre en 1ère année

Dernièrement, j’ai changé ma manière d’aborder les situations-problèmes en mathématique avec mes élèves de première année. En fait, c’est la première fois que j’enseigne cette compétence (Oui, oui, en partage de tâche !). Je me remets donc très souvent en question parce que je cherche toujours à améliorer ma pratique.

À près d’un mois de la fin d’année, voici mes constats :

Les élèves sont saturés à chaque fois (notamment parce que la réalité de partage de tâche fait que je dois leur ‘’pitcher’’ toute la situation-problème dans une journée!).
Moi aussi je suis brûlée à chaque fois.
L’évaluation de ces situations me laisse perplexe.

J’ai la chance d’avoir une collègue très inspirante (Bonjour Annie !). Si je ne lui pose pas 1000 questions par jour, je ne lui en pose aucune. Je suis donc allée la voir pour avoir de judicieux conseils !

L’évaluation des situations-problèmes

Avant d’aller voir ma collègue, j’ai fait mes devoirs. J’ai donc cherché différentes sources d’information sur le sujet.

Dans le programme de formation de l’école québécoise

resoudre_evaluation

resoudre_evaluation1

Cadre d’évaluation des apprentissages

resoudre_evaluation2

Pondération des critères d’évaluation en 6e au MELS

resoudre_evaluation3

La réflexion que j’ai faite concernant ma pratique concerne le critère « Manifestation, oralement ou par écrit, de la compréhension de la situation-problème » .

Durant l’année, pour vérifier cette compréhension, je faisais venir à mon bureau les élèves à tour de rôle. Ils avaient sous leurs yeux la feuille principale qui met en scène le problème à résoudre. Je me suis rendu compte que les élèves n’étaient pas tous capables de me dire dans leurs mots les éléments importants et les étapes à suivre. Ils regardaient le ramassis de surlignage jaune sans trop savoir quoi me dire.

C’est là que ma SUPER collègue a été d’une aide précieuse. Elle m’a expliqué que, dans sa classe, elle lit le problème et surligne les éléments importants avec ses élèves. Par la suite, elle fait avec eux une carte conceptuelle avec les éléments importants et fait une ligne du temps pour y illustrer les étapes à suivre.

J’ai tenté l’expérience avec mes élèves avec la situation-problème d’Amélie Pépin « De beaux cadeaux » (disponible ici).

Comme à l’habitude, j’ai lu avec mes élèves le problème et modelé toutes les stratégies en lien avec la résolution de problème. Par la suite, nous avons fait en commun une carte conceptuelle sur le problème à résoudre !

Nous avons sélectionné les éléments importants du problème et les avons représentés par de petits dessins. Par la suite, nous avons déterminé l’ordre dans lequel les étapes devaient être faites (on se rappelle que je suis en première année et que je dois tout mâcher pour eux !).

resoudre_evaluation4

resoudre_evaluation5

La beauté de cette méthode, c’est que les dessins sont beaucoup plus parlants pour eux. Lorsque je les ai fait venir afin qu’ils m’expliquent ce qu’ils devaient faire, ils étaient capables de verbaliser la tâche. En plus, je pouvais laisser une trace de la compréhension ou non de l’élève ( les petits bonshommes contents ou la marque  »aide »).

J’en refais l’expérience prochainement.

Au plaisir !
Mme Bout de chou